Vaporisateurs.org

Avis et informations sur les vaporisateurs

L’académie de pharmacie française dit « non » à la légalisation du cannabis en France

L’académie de pharmacie française dit « non » à la légalisation du cannabis en France

L’académie nationale de pharmacie a rendu publique le 25 avril dernier, un communiqué relatant sa position concernant la légalisation du cannabis en France. L’académie se montre très clairement à l’encontre d’une éventuelle légalisation du cannabis. Elle juge qu’un « tel projet , […] serait un très mauvais message adressé à la jeunesse de notre pays ». Elle ajoute aussi que les conséquences d’une légalisation du canna seraient « catastrophiques en terme de santé publique, spécialement dans notre pays caractérisé par une consommation record en Europe».

L’Académie Nationale de Pharmacie française (ANP) est une association de scientifiques créer au début du XIX ème siècle en charge des différents aspects des sciences concernant la pharmacie et des questions sanitaires publiques, d’où son implication et l’importance de son avis sur l’éventuelle légalisation du chanvre. L’ANP maintien sa position à l’encontre du cannabis et l’appuie sur des arguments constitués de données parfois peu claires.

En effet, l’un des arguments de l’ANP contre la légalisation du chanvre concerne sa concentration de tétrahydrocannabiniol (aussi appelé THC) qui a « considérablement augmenté » ces dernières années dans la résine de cannabis et dans l’herbe. Le THC est à l’origine de l’aide thérapeutique précieuse que le cannabis apporte et qui est reconnu sur le corps humain. L’ANP craint un manque de contrôle concernant la teneur en THC du cannabis car ce composé est parfois accusé d’être à l’origine de conséquences négatives sur le corps humain telles que le bad trip ou le malaise. Bien que l’ANP ne le précise pas très clairement dans son communiqué. On peut opposer à cet argument, le fait que les dispensaires où le cannabis est vendu aient mis en place un réel contrôle de la puissance du chanvre. En plus du contrôle de la teneur en THC, ces dispensaires se chargent aussi de contrôler la quantité de pesticides présents dans le cannabis qu’ils proposent. Ils sont soutenus par les autorités de leurs états qui mettent en placent des politiques adaptés à l’utilisation de pesticides pour la culture de cannabis.

La culture de cannabis à usage personnel est également surveillée. La plupart des pays qui ont permis ce type de culture ont accompagné leurs mesures d’une limitation du nombre de pieds autorisés par personne auquel s’ajoute parfois une déclaration obligatoire.

Le second argument que l’ANP pourrait revoir face à la légalisation du cannabis est le suivant ; son statut de « facteur d’accidents » notamment sur les routes. Il est vrai qu’entre fumer et conduire, il faut choisir. Cependant, il en est de même concernant l’alcool pourtant l’ANP n’agit pas en faveur de la prohibition d’alcool et ne prône pas sa non-commercialisation. D’ailleurs, l’état du Colorado (États-Unis) ne compte pas davantage d’accidents de la route après la légalisation du canna sur son territoire. Cela constitue une preuve que l’autorisation du chanvre n’est pas forcément synonyme d’accident.

L’ANP surenchérit en mettant sur la table l’une des questions sanitaires majeures du cannabis. En effet, selon l’ANP le cannabis peut « perturber gravement la maturation cérébrale qui survient entre 12 et 20 ans ». Quelles sont ces sources ? Impossible à trouver mais bon, il faut prendre leur parole comme une vérité.
Ceci est  d’autant plus important en France lorsque l’on est le 1er pays où les jeunes consomment le plus de cannabis en Europe. Au-delà de l’attitude parfois naïve des autorités françaises, il y a là une nécessité absolue d’effectuer une prévention accrue auprès de la jeunesse française et ainsi d’exposer les dangers d’une mauvaise utilisation du chanvre dans une démarche de sensibilisation et non de pénalisation à tout-va.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>