Vaporisateurs.org

Avis et informations sur les vaporisateurs

L’Australie accueille sa première récolte de cannabis médical

carte australie

L’Australie est l’un des pays qui compte le plus de consommateurs de cannabis au monde: les statistiques sont formels. Un tiers des Australiens de plus de vingt-deux ans ont déjà consommé du cannabis, ce qui représente six millions de personnes. Parmi eux, un million en ont consommé en 2015 et dans ce million, 750 000 personnes fument chaque semaine et 300 000 tous les jours.

 

L’Australie est un pays membre du CommonWealth et est composé de six Etats ainsi que trois territoires continentaux, chacun possédant sa propre organisation législative et sa propre législation. Par exemple, l’Australie-Méridionale située au centre-sud du pays, la zone la plus aride du pays. Depuis 2011, les personnes arrêtées et possédant jusqu’à 100 grammes de marijuana, 20 grammes de haschich, un plant de cannabis ou encore de l’équipement pour fumer sont susceptibles recevoir une amende d’un montant entre 50$ et 150$. De cette amende s’accompagne un avis de « Nécessité d’intervention sur le cannabis » qui est une invitation à une session d’orientation obligatoire. Une personne arrêtée avec plus que ces quantités est passible d’une amende de 20 000$ ou une condamnation à deux ans de prison car il est estimé que ce cannabis est destiné à la vente.

Dans l’Etat de Victoria, au sud-est de l’Australie, le cannabis est illégal et sa possession constitue un délit pénal. C’est à la police de décider, au cas par cas, si elle arrête le consommateur ou le redirige vers un programme d’aide. Cette dernière option n’est possible que si le consommateur n’avait en sa possession seulement moins de 50 grammes de cannabis.

L’Australie occidentale, au même titre que la Nouvelle-Galles du Sud, possède la législation la plus dure et la plus répressive du pays concernant les drogues, dont le cannabis. Depuis août 2011, les personnes arrêtées ne faisant l’objet d’aucun délit antérieur en rapport avec le cannabis qui ont été surprise avec jusqu’à 10 grammes de cannabis et/ou un équipement pour fumer sont dans l’obligation d’assister à une session d’intervention à propos du cannabis sous 28 jours pour éviter une condamnation.

En Tasmanie, un île appartenant à l’Australie et située au sud de celle ci, les personnes arrêtées possédant jusqu’à 50 grammes de cannabis peuvent recevoir jusqu’à trois réprimandes en dix ans, chacune s’accompagnant de différentes procédures et sanctions. A la dernière réprimande, on effectue un test pour connaître le niveau de dépendance de l’individu concerné et le diriger vers un centre d’intervention ou de traitement.

Il est donc formellement interdit en Australie de cultiver et de consommer du cannabis dans le pays, à mois d’avoir une autorisation spéciale permettant de déroger à la législation actuelle. Les activistes Australiens pro-cannabis militent en faveur de légaliser intégralement. Des arguments comme la nécessité d’avoir accès au cannabis dans un but médical sont invoqués notamment. Lors d’un sondage réalisé en octobre 2011 par le quotidien australien The Mercury  a montré que 71% des Australiens souhaitaient que le cannabis soit légalisé. Un autre sondage réalisé par le quotidien The Daily Telegraph a montré que 56,5% des Australiens voulaient voir le cannabis légalisé. Encore un autre sondage, en ligne cette fois-ci, de la chaîne de télévision ABC a montré que 70% des Australiens étaient en faveur de la légalisation du cannabis à des fins récréatives. Le sujet de la légalisation du cannabis est donc bouillant en Australie.

Le 16 mai 2013, les médias relayaient que la Commission parlementaire de Nouvelles-Galles du Sud recommandait l’usage du cannabis à des vertus thérapeutiques pour les malades en phase terminale et soutenait une légalisation de médicaments à base de cannabis. Cependant, la question de la légalisation reste toujours polémique.

Tony Bower

Tony Bower

 
 
 Tony Bower, un médecin en faveur de l’usage du cannabis médical, a aidé à soulager des centaines de patients (notamment des enfants souffrant d’épilepsie) en leur fournissant une teinture dérivée du cannabis. La teinture est légale, Bower entre dans l’illégalité lorsqu’il fabrique le médicament car pour l’obtenir, il doit faire pousser des plants de cannabis. Ses cultures sont donc régulièrement détruites. Bower a déjà échappé à une condamnation à un an de prison et également à une obligation de bonne conduite pendant un an.

 

 

 

Finalement le 24 février 2016, le gouvernement Australien a fait passé une mesure amendant le Narcotic Drugs Act et permettant la culture et la consommation du cannabis à des fins exclusivement médicales et scientifiques. L’usage récréatif reste toujours interdit. La ministre de la Santé de l’époque, Sussan Ley, a apporté son soutien à cette mesure, au même titre que la plupart des politiques australiens, tous en faveur de la légalisation du cannabis médical.

 

daniel andrews

Daniel Andrews

 

L’Etat du Victoria a été le premier Etat d’Australie a avoir légalisé le cannabis médical et avoir obtenu une licence pour en cultiver. Le Premier Ministre de Victoria, Daniel Andrews (photo à droite) avait également annoncé début 2016 que Victoria serait le premier Etat d’Australie a cultiver du cannabis médical. En février 2017, la première récolte de cannabis a pu avoir lieu et est dorénavant testée et formulée à destination des premiers patients. Cette première récolte de cannabis va être administrée à des enfants atteints de forme sévère d’épilepsie.
 

 

 

La vague de culture de cannabis médical ne compte pas s’arrêter là: le gouvernement australien a fait une donation de 315 000€ à l’Université de Melbourne (Etat de Victoria) afin de lancer une chaîne de production locale de cannabis médical. Le Premier Ministre Australien de Malcolm Turnbull a déclaré que cet argent servirait à stimuler l’industrie locale. Un don de 24 millions d’euros a également été fait à l’Université de Sydney (Nouvelles Galles du Sud) par de riches investisseurs afin permettre une meilleure connaissance du cannabis et de ses possibles usages thérapeutiques.

 

 

Pour plus de renseignements, cliquez ici ici ici ici ici ici ici ici ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>