Vaporisateurs.org

Avis et informations sur les vaporisateurs

La légalisation du cannabis médical et son accès aux enfants

La prise de cannabis à des fins thérapeutiques est légale dans un bon nombre de pays comme  le Canada, l’Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la République Tchèque, la Roumanie, la Finlande, le Chili, la Colombie, Israël et aux États-Unis dans 23 États américains. Le cannabis, et plus particulièrement d’un de ses composants, le CBD (un cannabinoïde) ont montré à de nombreuses reprises leur impact positifs sur la santé. Si de nombreux pays ont avancé avec leur temps et ont commencé à légaliser le cannabis médical, certains pays comme la France ou l’Australie sont encore très en retard.

Il faut tout d’abord savoir que la prise de cannabis médicale, même dans les pays qui l’ont légalisé, est très règlementé: c’est un médecin qui délivre l’ordonnance suite à un diagnostic médical. Quant au produit en lui-même, il est vendu dans des magasins spécialisés: des pharmacies aux Pays-Bas, desClubs Compassion au Canada, des Buyers Club aux États-Unis ainsi que des Cannabis Social Clubs en Espagne. La consommation reste donc tout même très surveillée, les réticents à la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques peuvent être rassurés sur le fait qu’il ne devient pas accessible à tous n’importe comment. Légaliser le cannabis dans un but médical, cela revient à apporter une solution aux souffrances de personnes dont les médications traditionnels ne peuvent soulager la douleur ou une maladie handicapante (forme sévère d’épilepsie par exemple).

Cependant, qu’arrive-t-il lorsque ce sont des enfants qui sont concernés ? Dans les états qui ont légalisé le cannabis à des fins thérapeutiques, il existe toujours des conflits sur le fait de donner des traitements à base de cannabis aux enfants. Par exemple, prenons le cas de Bella Chinonis, une petite fille de six atteinte de Monosomie du chromosome 1, une maladie qui provoque un retard du développement intellectuel et physique ainsi de multiples crises ressemblant à de l’épilepsie. Sa famille avait essayé tous les médicaments traditionnels pour la soulager et améliorer ses conditions de vie, sans succès. Sa mère, après de nombreuses recherches, décide de se tourner vers le cannabis en espérant que cela pourrait enfin aider sa fille. Cependant, obtenir une prescription n’a pas été facile: le neurologue de Bella ne refusait de prescrire du cannabis aux mineurs, et pour les mineurs, il faut deux recommandations de médecins pour obtenir le cannabis contrairement aux adultes qui n’ont besoin que d’une seule recommandation. Par ailleurs, son pédiatre a également refusé  de lui faire une recommandation car il pensait que cela diminuerait son Q.I.

 

bella chinonis

Bella Chinonis et sa famille

Il faut savoir que tous les états qui autorisent le cannabis médical pour les adultes, autorisent également son usage pour les enfants, sans restriction d’âge. Le problème est de trouver un médecin qui acceptera de le prescrire. A cela se rajoute le fait que le cannabis, lorsqu’il est utilisé à des fins thérapeutiques, doit être fumé, or, qui s’imaginerait faire fumer à une enfant de six ans du cannabis ? Les parents de Bella ont donc du contourner la loi pour lui donner de l’huile de CBD (soit le cannabidiol, un cannabinoïde présent dans le cannabis). Depuis qu’elle prend de l’huile de CBD trois fois par jour, Bella Chinonis a fait d’importants progrès: elle qui avant ne pouvait ni marcher, ni parler, marcher ou jouer comme tous les autres enfants de son âge est désormais capable de se tenir debout, répondre quand on lui parle.

Pour plus d’informations, cliquez ici et ici.

Dans quels cas peut-on avoir recours au cannabis médical chez les enfants ?

Le cannabis médical peut être utile dans le cas de la gestion des crises (épilepsie) qui peuvent être longues et très rapproches les unes des autres, donc handicapantes. Ces crises, trop fréquentes peuvent provoquer la mort de la personne qui est en victime. De nombreux parents d’enfants épileptiques ont vu leurs crises devenir plus rares et moins violentes. Pour les enfants atteints d’une forme d’autisme, qui ont du mal à communiquer avec le monde extérieur qui peut leur sembler agressif, cela peut les aider à communiquer plus facilement et à les relaxer. Enfin, le cannabis médical peut être aussi utilisé dans la gestion de la douleur pour les enfants souffrant de maladies comme le sida ou le cancer.

 

Il existe de multiples études et essais cliniques qui montrent les bienfaits de l’usage du cannabis médical. Nous connaissons déjà les effets du cannabis sur les cancers d’adultes, en 2017, une étude a été commencé au Royaume-Uni pour connaître les effets du cannabis sur les tumeurs malignes affectant les enfants. Cette étude répond à un besoin urgent d’étendre et d’améliorer la vie des patients atteints de tumeur maligne (aussi appelée cancer). Une autre étude a eu lieu a l’hôpital Saint Georges (affilié à l’Université de Londres) sur des patients de leucémie à qui on a donné du CBD. Le Dr Wai Liu, en charge de l’étude, a déclaré que les cellules étaient plus réactives à la chimiothérapie. De l’autre côté du globe, en Australie à Melbourne plus précisément, où 10 enfants atteints de formes sévères d’épilepsie vont être administrés du cannabis synthétique sans THC (substance psychoactive contenue dans le cannabis). Les enfants sélectionnés ont pour particularité de ne pas avoir réagi à trois médicaments anti-épileptique. Le premier ministre, Daniel Andrews, a déclaré que le cannabis à des fins thérapeutiques pouvait potentiellement avoir d’énormes effets positifs sur la qualité de vie des enfants souffrant de formes sévères de différentes d’atteintes neurologiques.

Pour plus d’informations, cliquez ici et ici.

 

Il existe divers cas, dont celui de Bella Chinonis, qui ont montré que le cannabis, lorsqu’il était utilisé à des fins thérapeutiques chez les enfants, avait de meilleurs résultats que les médicaments traditionnels. Par exemple, Billy Caldwell, atteint d’une forme sévère d’épilepsie, pouvait avoir jusqu’à 100 crises par jour, le mettant dans un état critique. A partir du moment où il a pu prendre un traitement composé d’huile de CBD (produit légal au Royaume-Uni puisqu’il ne contient pas de THC, la substance qui fait planer) et une autre de THCA. Dans une interview, en avril 2017, elle déclarait que son fils n’avait pas fait de crise depuis au moins 90 jours, améliorant significativement sa qualité de vie.

charlotte billy caldwell

Charlotte Caldwell en compagnie de son fils, Billy

Nous pourrions également évoquer le cas d’un autre petit garçon épileptique de six ans qui a souffert de milliers de crises d’épilepsie malgré de nombreux traitements dont certains très lourds pour son jeune âge: ablation de la moitié du lobe pariétal (joue un rôle dans la perception de l’espace et dans l’attention), implantation chirurgicale d’une stimulateur des nerfs. Rien ne tout cela n’a eu d’effets sur lui et les crises ont continuées, à tel point qu’elles ont très sérieusement endommagé son cerveau. Finalement, c’est sa mère qui trouve ce qu’il faut pour calmer ses crises: le CBD. Cependant, à cause de politiques  trop restrictives, il n’a pas pu recevoir de traitement à base de cannabis plus tôt et devra vivre le restant de sa vie avec des dommages irréversibles au cerveau.

 

Pour plus d’informations, cliquez ici et ici. 

 

Le cas de ce petit garçon n’est malheureusement pas isolé. D’autres enfants souffrent de politiques injustes qui les empêchent d’accéder à un traitement non invasif qui pourrait leur sauver la vie ou au moins, améliorer de manière significative leurs conditions de vie. En 2014, une enfant de dix ans, souffrant depuis l’âge de 3 mois d’importantes crises d’épilepsie et risquant chaque jour la MSIE (mort subite et inexpliquée en épilepsie) et ne pouvant ni marcher, ni se nourrir, ni parler, s’est vu refusé un traitement à base de marijuana pour soulager ses crises. En effet, ce traitement était seulement légal au Colorado (Etats-Unis) et comme les Etats-Unis sont un état fédéral, la législation est différente pour chacun des états. Autre exemple, celui d’un petit garçon de trois ans en Australie, qui s’était vu administré de l’huile de cannabis depuis un an afin de calmer ses crises d’épilepsie, un traitement qui a très bien réussi au petit garçon. Cependant, dû à l’inquiétude des médecins concernant la légalité du traitement.

 

Tous les cas que nous avons vu nous interrogent sur le besoin de repenser la législation concernant le cannabis et également sur le besoin de faire une réelle différence entre l’usage à des fins thérapeutiques et l’usage à des fins récréatives. Lorsqu’on parle de cannabis médical, on parle de la vie de quelqu’un qui pourrait être sauvée ou tout simplement se voir grandement améliorée sans subir un traitement invasif ou lourd, particulièrement pour les jeunes enfants.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici et ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>